Impressions Anime : Sekirei

Publié le par Inuki


L'action prend place en 2020. Minato Sahashi est un étudiant qui vient d'échouer pour la deuxième fois à son concours d'entrée à l'université. Alors qu'il se promène en ville en se demandant ce qu'il doit faire, il rencontre une jeune femme poursuivie par des jumelles maîtrisant l'électricité. Après une fuite réussie, Minato ramène la demoiselle du nom de Musubi chez lui. Celle-ci lui explique qu'elle est l'une des 108 Sekirei et qu'elle recherche son Ashikabi, la personne qui lui permettra d'utiliser toute sa force pour remporter le combat face aux autres.
La mère de Minato lui dit plus tard qu'elle ne lui donnera plus que la moitié de l'argent qu'elle lui envoyait jusque là après qu'il se soit fait expulser de son studio. Minato se retrouve alors dans une situation difficile pour payer ses frais.

La série est l'adaptation du manga éponyme. Réalisé par le studio Seven Arcs, l'histoire reste fidéle si on excepte quelques divergences sur la fin mais facilement rattrapables. La réalisation reste moyenne dans l'ensemble avec un character design signé Shinpei Tomooka assez grossier par moments. Les filles changent souvent de proportions au sein d'un même épisode ce qui est bien dommage . Elles sont bien sûr belles dans le cadre de la série mais par rapport à d'autres, le constat n'est pas des plus flatteurs.

L'animation ne sauve pas vraiment l'ensemble. Les combats sont hachés au possible mais plutôt prenants. Les héroïnes ayant des pouvoirs pour la plupart liés aux éléments, les affrontements gardent une originalité relative.

Les génériques sont chantés par le quatuor d'héroïnes et reflètent très bien l'ambiance de la série. L'ending fait la part belle au fan-service d'ailleurs. En parlant de ça, la série avait été diffusé en version censurée sauf l'épisode 9 ce qui avait fait pas mal de pub au passage .
Les musiques restent anecdotiques à l'exception de quelques thèmes qui se révèlent assez accrocheurs.

Niveau casting, Marina Inoue fait un travail impeccable pour Tsukiomi . Aya Endo et Kana Hanazawa sont aussi trés bonnes pour Matsu et Ku-chan. Il y a aussi quelques seiyuus connus tels Hitomi Nabatame, Kana Ueda, Jun Fukuyama ou encore Yukana.

A ce niveau là, le constat n'est guère flatteur je présume . La série posséde heureusement des personnages globalement réussis et même si l'originalité n'est pas vraiment au rendez-vous, j'ai suivi cette première saison sans réel déplaisir. Bon il faut reconnaître que Tsukiomi est excellente aussi bien comme personnage que tsundere aussi .
Autrement je pense que la saison 2 n'arrivera pas avant un bon moment vu que le manga est mensuel. Tablons sur fin 2009 avec de la chance.

Publié dans Impressions Anime

Commenter cet article

Inuki 10/12/2008 19:26

Tabris >> C'était pas fait exprès le jeu de mots en plus Le manga ne vole pas tellement plus haut d'un autre côté donc l'adapatation tient la route je trouve.Exelen >> C'est vrai aussi .

Exelen 10/12/2008 18:26

"Les filles changent souvent de proportions au sein d'un même épisode ce qui est bien dommage"Au départ j'avais mal lu ta phrase et remplacé "au" par "de". J'ai honte. xD

Tabris 10/12/2008 18:17

"Les filles changent souvent de proportions au sein d'un même épisode ce qui est bien dommage" : joli jeu de mots, la surabondance de ces dit seins est d'ailleurs fatiguante à la longue...Sekirei est encore une adaptation foireuse qui montre quelques signes de mieux sur les 2 derniers épisodes, bien trop tard.