Critique Jeux Vidéo : Blue Dragon

Publié le par Inuki


Histoire

Le village de Talta subit depuis un certain temps les attaques répétées d'un requin terrestre. Las de la situation, le jeune Shu décide de l'arrêter avec l'aide de ses amis Kluke et Jiro. Parvenant à immobiliser le monstre un moment, il se font cependant surprendre et entraîner sous terre par celle-ci. Se retrouvant dans d'anciennes ruines, le groupe finit peu après par être téléporté dans une forteresse volante.

Sur place il rencontre un dénommé Néné, le responsable des attaques du requin terrestre qui s'était avéré être une machine. Le trio se fait facilement balayé par la puissance de Néné qui les éjecte alors de la forteresse mais ils se retrouvent à nouveau transportés à l'intérieur pendant leur chute.

Dans la nouvelle salle où ils se trouvent, trois sphères lumineuses brillent et une voix leur demande de les avaler. D'abord réticents, le groupe est contraint de s'exécuter et développe alors la capacité d'utiliser la magie en invoquant des créatures à partir de leurs ombres respectives.

Réalisation

Créé par le studio Artoon, le jeu a droit au character design d'Akira Toriyama ce qui lui donne un cachet particulier. Les divers personnages sont particulièrement soignés y compris les pnj. Je n'ai pas eu l'impression de voir une copie de Dragon Ball à ce niveau même si le trait reste similaire. Zola reste le personnage le plus réussi je trouve aussi bien graphiquement que pour la personnalité .

Les décors sont d'une grande variété aussi bien au niveau de villes et donjons que de la carte du monde. Il est d'ailleurs plaisant de pouvoir la parcourir à pied et pas d'avoir une vulgaire téléportation entre chaque étape façon Lost Odyssey. Ca renforce le côté old-school du jeu ce qui n'est pas pour déplaire. Un point sur la caméra cependant. Celle-ci est placé bien trop haut ce qui fait qu'on voit la zone juste autour de nous mais pas l'horizon. On peut ainsi rater des coffres facilement si on ne ratisse pas tout le périmètre.

Les attaques et magies se font sans grands effets de lumière pour leur part mais ce n'est pas un mauvais point en soit.

Jouabilité

On a un système au tour par tour des plus classiques. La vitesse à laquelle on peut agir dépend avant tout de l'agilité du personnage. Ces derniers restent statiques pendant les combats et les commandes sont dans les standards habituels.

La caractéristique principale du jeu se situe donc au niveau des ombres. Celles-ci peuvent apprendre différentes types de compétences selon le type de classe qui leur est associé. On a ainsi le choix entre Maître épéiste, Magie noire, Magie blanche, Magie de soutien, Magie de barrière, Assassin, Moine, Gardien, Généraliste. Les classes par défaut sont largement suffisantes pour finir le jeu sans réelles difficultés.

Ambiance sonore

On retrouve Nobuo Uematsu donc autant dire que l'ost est de qualité. La plupart des thèmes sont des plus accrocheurs comme celui des combats et de la carte du monde.

Au niveau du doublage, j'ai donc fait le jeu en japonais et c'est irréprochable . On retrouve une belle sélection de seiyuus connus comme Marina Inoue pour Shu, Houko Kuwashima pour Zola, Ayako Kawazumi pour Kluke et Norio Wakamoto pour Néné.
J'ai même pas pris la peine d'écouter les vf et va en fait .

Durée de vie

J'ai mis 80 h pour terminer, le temps de faire quelques sous-quêtes avant de vraiment finir le jeu. En ligne droite on doit plutôt être dans les 50 h il me semble. Le jeu a une difficulté qui va decrescendo en vérité. Le seul combat qui met donner du fil à retordre reste celui du tout premier boss. J'ai même dû faire du leveling pour en venir à bout . Ensuite ça devient nettement plus aisé avec les gains de niveaux et le recrutement des 2 autres personnages.

Arrivé au cd 3, la difficulté a été d'obtenir la magie de barrière niv. 3 qui permet d'éliminer le menu fretin sans combattre pour obtenir des PO. Ensuite il suffit de se promener dans la zone autour du village de Kelaso pour augmenter la puissance des ombres rapidement.

Conclusion

Au final un jeu très plaisant grâce à son atmosphère anime, les très bonnes musiques et le principe des ombres original. A la limite on peut juste regretter le faible nombre de personnages.
J'avoue que j'ai du mal à faire un classement par rapport à Lost Odyssey et Eternal Sonata, chacun ayant une ambiance bien particulière. Mais je mettrais quand même Blue Dragon de peu en tête.


Les impressions d'Exelen pour la route.

Publié dans Critiques Jeux Vidéos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Inuki 02/10/2008 22:27

J'aime bien les retourner dans tous les sens faut dire ^^.Les chariots c'est chaud à la 1ère partie. Mais avec le New game + et toutes les compétences ça doit être nettement plus facile. Le truc vraiment baléze c'est les séquences de tirs >_

Exelen 02/10/2008 20:43

Déjà fini, mais 80 heures de jeu tout de même, tu n'y vas pas de main morte quand tu joues aux RPG. XD D'ailleurs ça me fait penser que je n'ai jamais terminé les quêtes secondaires (surtout celle avec les dragons), et que j'ai raté quasiment tous les succès qui font parti du scénario (comme escorter les chariots sans qu'il ne se fasse toucher). ^^;