Critique Jeux Vidéo : Eternal Sonata

Publié le par Inuki


Histoire

La nuit du 17 octobre 1849, le compositeur Frédéric Chopin se trouve sur son lit de mort dans un appartement de Paris. Son dernier rêve le transporte dans un monde féerique où il fait la connaissance de Polka, une jeune fille capable d'utiliser la magie. Cette aptitude est un signe démontrant que la personne est condamnée à mourir sous peu.
Polka décidant de se rendre à Forte pour s'entretenir avec le comte Waltz, responsable de la commercialisation d'une poudre minérale ayant apparemment des effets négatifs sur les clients. Chopin décide de l'accompagner pour découvrir si ce monde est réel ou le simple fruit de son imagination.

Réalisation

Le jeu est vraiment très réussi graphiquement. Les personnages ont tous droit à un superbe design qui les rend aussi attachants que charismatiques. Les divers décors sont très détaillés et un certain côté champêtre resort facilement au début de l'aventure.

Le cell-shading sert parfaitement l'ambiance du jeu grâce à leur grande finesse. Les détails au niveau des vêtements sont assez impressionnants entre autres.

L'animation ainsi que les différents effets d'ombre et lumière sont gérés avec un brio certain.

Jouabilité

En terme de combats, on a droit à du semi temps réel. On contrôle ainsi les personnages de l'équipe (3 maximum) en voyant leur temps d'action par l'intermédiaire d'une barre à gauche de l'écran.
La barre d'écho en bas à droite permet de son côté d'enchaîner jusqu'à 6 attaques spéciales quand on posséde le niveau de groupe 6. Les ennemis n'ont alors pas vraiment le temps de réagir puisqu'on peut les finir dès le premier tour mais c'est bien sûr valable vers la fin du jeu.

L'aspect stratégique des combats se situe au niveau de l'ombre et la lumière principalement. Selon les coups spéciaux qu'on attribuera aux personnages, ils pourront ainsi agir différemment comme lancé un sort de soin à la lumière ou une attaque spéciale à l'ombre.

Ambiance sonore

On retrouve quelques morceaux de musiques classiques de Chopin pendant les interludes entre les chapitres.
Le reste est composé par Motoi Sakuraba. L'ensemble reste agréable et varié, le thème des combats étant dynamique au possible.

Les bruitages restent de très bonne qualité ce qui rajoute à l'aspect spectaculaire des combats. L'autre très bon point se situe au niveau du doublage qui regroupe des seiyuus bien connus. On notera entre autres Aya Hirano pour Polka,  Houko Kuwashima pour Viola et Jōji Nakata pour Jazz.

Durée de vie

Sans se presser, il faut compter en moyenne 25 à 30 heures pour boucler l'histoire. Le jeu n'est pas difficile lors d'une 1ère partie il faut dire. le New Game + modifie bien la donne en rendant les ennemis bien plus retors et ajoutant quelques nouvelles sous-quêtes. Dommage quand même qu'on ne conserve pas son équipement surtout après avoir nettoyé l'Unisson Mystérieux de fond en comble. 



2 liens pour la route avec les articles d'Exelen et d'Axel.

Publié dans Critiques Jeux Vidéos

Commenter cet article

Inuki 19/08/2008 20:22

Avoue que mettre juste le lien ça peut amener à se poser des questions . Un petit message est pas inutile pour éviter ce genre de mauvaises interprétations ^^.

QCTX 19/08/2008 15:43

Ni l'un ni l'autre, c'est juste qu'il n'y a pas de fonction "trackback" sur ton site. Ca permet au contraire de renforcer le lien de la communauté "blogchannienne".Cesse donc de prendre toujours du mauvais piedss la moindre de mes interventions.

Inuki 18/08/2008 17:20

Tu voulais me faire remarquer que j'avais oublié de mettre un lien vers l'article d'Axel ou que le mien est pourri en comparaison ? Enfin ça n'a pas d'importance en vérité.

QCTX 18/08/2008 15:40

http://www.meido-rando.net/post/2007/12/23/Eternal-Sonata