Critique Anime : Now and then, Here and there

Publié le par Inuki


Histoire

Alors qu'il rentre chez lui après avoir participer à une compétition de kendo, le jeune Shû se rend dans une vieille usine désaffectée afin d'escalader une cheminée. Il a la surprise de rencontrer une jeune fille assise sur la cheminée voisine et qui est en train d'observer le coucher du soleil.
Dénommée Lala-Ru, ils ont tout juste le temps d'entamer la conversion avant que les événements prennent une tournure inattendue. Une mystérieuse sphère apparait en efffet autour d'eux et ils voient surgir de nulle part de mystérieuses machines-serpents dirigé par une femme du nom d'Abélia.
Ces derniers sont en fait à la poursuite de Lala-Ru et Shû tente alors de la libérer de ses agresseurs. Il réussit à neutraliser certaines des machines mais ne parvient pas à sauver Lala-Ru. Abélia décide alors de repartir puisqu'elle a obtenu ce qu'elle cherchait mais Shû est également pris dans le voyage temporel.
Quelles aventures l'attendent dans ce nouveau monde et d'où Lala-Ru tire-t-elle son mystérieux pouvoir ?

Voilà une série bien atypique. Disposant d'un design assez enfantin, celà renforce d'autant plus la cruauté des situations qui se déroule sous nos yeux. Car on parle bien d'enfants utilisé pour faire la guerre ici. Pas de grands sentiments ni d'héroïsme exacerbé donc.
Une guerre n'est jamais propre et cette série le montre très bien. L'épisode 12 reste culte à ce titre (et bien choquant aussi).

Personnages
Shuzo "Shû" Matsutani

Shû reste l'archétype du héros tête brulée et fonceur. C'est le genre de garçon prêt à risquer sa vie pour une personne inconnue 5 minutes plus tôt. Bien que solitaire, il posséde une très grande force de caractère et reste toujours optimiste. Il estime que la protection de Lala-Ru lui incombe ce qui lui permet de réaliser quelques exploits assez impressionnants.

Lala-Ru

Lala-Ru est pour sa part un personnage très énigmatique. On ignore tout de son passé et de l'origine de son pouvoir. Ne parlant pour ainsi dire jamais, elle reste stoïque et froide en toutes circonstances. Son pouvoir lui pése cependant beaucoup car il est d'une importance vitale dans cette terre privée d'eau. Cela l'améne à éviter tout contact avec la population pour éviter d'étre utiliser par cette dernière.

Sara

D'origine américaine, Sara pour sa part reste le personnage le plus tragique de l'histoire pour moi. Capturé par Abélia à cause de sa ressemblance avec Lala-Ru, elle sera finalement utilisé comme prise de guerre ce qui est loin d'étre une bonne chose dans un monde qui manque cruellement de soldats. Elle vouera une haine farouche à Lala-Ru à cause de ce qu'elle a subi.

Nabuca

Nabuca est un enfant soldat du même âge que Shû. Chef de son groupe et croyant une promesse d'Hamdo, son unique but est de mettre un terme à la guerre afin de pouvoir rentrer chez lui. Bien qu'opposé au comportement rebelle de Shû au départ, il finira par l'apprécier.

Hamdo

Hamdo, chef de l'armée d'Hellywood dans laquelle se trouve enrolé Shû, est un leader charismatique mais atteint de schizophrénie au dernier stade. Il veut absolument utiliser Lala-Ru pour gagner la guerre mais cette dernière est insensible à ses menaces. Pour lui peu importe les pertes du moment qu'il atteint son objectif. Il n'a par ailleurs confiance en personne à part peut-étre Abélia lorqu'il n'est pas victime d'une crise de paranoïa aigué.

Abélia

Bras droit et maitresse d'Hamdo, Abélia reste une très belle femme qui sait diriger efficacement ses troupes. Bien que fidéle à Hamdo, elle n'approuve pas toujours ses choix et n'aime pas perdre des soldats quand ça peut étre éviter. Elle cherche à satisfaire Hamdo de son mieux.

Réalisation

Diffusé sur la chaine payante WOWOW en 1999, le character design de Atsushi Ohisumi reste simple avec son côté enfantin. Les épisodes n'en sont pas moins agréables à suivre et les personnages sont très expressifs.

Musiques

Les musiques de Taku Iwasaki (Rurouni Kenshin Tsuioku Hen) restent discrétes mais efficaces. On ressent bien les instants d'oppression, d'héroïsme ou de doute.
A noter la petite mélodie de l'opening, très agréable.

Publié dans Critiques Anime

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article